De ma propre expérience, j’étais sous contrat depuis maintenant 5 ans et je vous avoue et je n’étais certaine de rien. Rien ne peut être bâti où planifier à long terme quand vous n’avez aucune sécurité. Je m’étais même demandé si un jour il allait être possible d’avoir une famille en étant confortable.

Récemment, j’ai eu un travail chez l’UCET qui eux ont une entente collective avec des bénéfices et des avantages que je n’avais pas conscience qui pouvait exister. J’ai finalement respiré et pu me faire des plans à long terme.

Les sentiments d’insécurité et de peur envahiront les employés des aéroports au travers le Canada qui sont en constance compétition. Si vous ne savez pas ce qu’est un appel d’offre, je vous explique. Chaque fois que les employeurs décident de relancer l’appel d’offre au public, cela signifie que toutes les entreprises ayant une expertise dans le domaine peuvent faire une offre. Après la date de fermeture, ils choisiront le meilleur prix, la meilleure présentation ou une connaissance qui a fait l’appel. Il se peut que ce soir la compagnie qui était en place qui regagne l’appel, mais il se peut que non aussi. Les appels d’offres au sens strict du terme sont principalement utilisés (obligation légale) pour le passage des marchés publics.

La peur de perdre leur travail quand vous avez une famille est un stress très intense. Des employés stressés ne travaillent pas comme ils le devraient. Donner son 100% dans ces conditions est presque impossible. Nous voulons qu’ils soient confortables et qu’ils donnent leur meilleur d’eux-mêmes. C’est plaisant se lever le matin et être content d’aller travailler.

Pour vous mettre en contexte, vous vous rappelez les agents de contrôle qui ont eu la protection du transfert de contrat ce qui fait en sorte qu’ils sont le seul secteur dans les aéroports à être protégés de garder leur emploi à long terme.

Je vous donne un exemple d’une situation qui risque de mettre beaucoup de travailleurs dans une situation TRÈS inconfortable. Je vous explique en bref. Les 90 travailleurs dans les restaurants à l’aéroport internationale de Vancouver sont à risque de perdre leur séniorité ainsi que leur travaille et tout ça causé par un transfert de contrat. Tout s’est passé en septembre dernier et nous n’avons pas encore de nouvelle pour la décision prise.

« C’est une période vraiment très difficile pour nous », a déclaré Jatinder. « Nous ne nous soucions pas de savoir quelle entreprise va prendre le relais. Notre objectif est que nous voulons juste rester ici. Nous aimons notre travail. Nous aimerions rester ici. »

Simpson est elle-même malade et prend des médicaments contre le diabète et l’hypertension.
« J’ai besoin de mon assurance médicale, de mon assurance médicale », a-t-elle déclaré. « Je suis perdu. Je suis totalement perdu. Je pensais rester ici jusqu’à ma retraite, mais il semble que non. »

Ils sont un cas parmi tant d’autres. Nous voulons diriger tous les employés sous la même protection du transfert de contrat que les agents de contrôle ont réussi à adhérer récemment. Si le problème est sur un secteur et qu’ils y imposent des règles, pourquoi ne pas les appliquer à l’ensemble des employés sous le Congrès du travail du Canada ? Nous demandons à nos membres de YVR qui assurent la maintenance des carburants, le groupe de TI et les 2 groupes de sécurité de l’aéroport de Winnipeg bénéficient de la même protection.

Nous voulons, dans un monde idéal, que tous les secteurs dans les aéroports aient des règles afin de les protéger et nous protègent nous aussi. Nous devons avoir des gens d’expertise et formés pour protéger ce qui entre et sort de notre pays. Qu’en pensez-vous ?