Journée internationale des pompiers, le 4 mai vise à reconnaître la contribution des pompiers et pompières à l’amélioration et à la protection de notre société. Désireux de reconnaître et d’honorer ses collègues pompiers qui ont perdu la vie en luttant contre un incendie de forêt en Australie, le lieutenant JJ Edmondson s’est donné pour mission « d’organiser un symbole internationalement reconnu de soutien et de respect pour TOUS les pompiers, et de désigner une date à laquelle ceux-ci pourraient être coordonnés dans le monde entier ».[1] La date du 4 mai a été choisie car elle est liée à la fête de la Saint Florian, le saint patron des pompiers. Dans cet esprit, nous souhaitons prendre un moment pour rendre hommage à nos membres pompiers et pompières et faire le point sur le travail que nous avons accompli avec ce groupe.

Nous souhaitons de nouveau la bienvenue à notre plus récente section locale, la Section 30302 des pompiers et pompières de l’aéroport de Calgary qui se sont officiellement joint(e)s à l’UCET en mars dernier et sont sur le point de négocier leur première convention collective. Nous vous souhaitons la meilleure des chances et avons hâte de vous connaître davantage au fil du temps.

En tant que syndicat, l’une de nos préoccupations prioritaires est la santé et la sécurité de nos membres. C’est un fait bien connu que les pompiers et pompières sont exposé(e)s à de nombreux agents cancérigènes, ce qui explique le nombre croissant de cancers de divers types. Malheureusement, la façon dont la commission des accidents du travail de chaque province traite la question lorsqu’un membre tombe malade varie. L’UCET mène activement des recherches sur la meilleure façon d’aborder ce gros problème dans le but ultime d’avoir un registre normalisé de cas soupçonnés de cancer, semblable au registre fédéral de l’amiante. Il s’agit d’un objectif à long terme, mais nous sommes déterminés à le réaliser.

À court terme, l’une des mesures à prendre est la mise en œuvre par l’employeur d’une politique de décontamination. Malheureusement, de nombreux aéroports n’en ont pas ou, s’ils en ont une, elle est insuffisante. Les membres de l’UCET ont aidé l’AFPC à rédiger un document exhaustif que nous considérons comme l’étalon-or des politiques de décontamination. Nous encourageons tous nos comités locaux de la santé et sécurité à présenter ce document et à demander qu’il soit mis en œuvre à vos lieux de travail. Nous ferons également de la création et/ou de la révision d’une politique de décontamination une revendication contractuelle pour tous les membres des aéroports.

On constate une tendance inquiétante à dévaloriser le travail des pompiers et pompières d’aéroport. Que ce soit en modifiant les titres de postes, les descriptions de travail ou les règlements, le gouvernement et les aéroports ont miné le rôle des pompiers et pompières d’aéroport.

Le fait est que la plupart des employeurs font le strict minimum pour se conformer au Règlement de l’aviation canadien (RAC). Ces normes doivent répondre à celles établies par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) dont le Canada est signataire. Malheureusement, le RAC ne répond pas à bon nombre des critères de base. Pourquoi le Canada pense-t-il que les voyageurs au Canada méritent moins que le minimum ? Pourquoi le Canada pense-t-il être exempté des normes de l’OACI ?

L’UCET est en pourparlers constants avec Transports Canada pour que les aéroports respectent les normes les plus élevées. Nous continuons à défier les autorités aéroportuaires et à demander des interprétations réglementaires. Récemment, nous avons reçu la confirmation que la façon dont de nombreux aéroports interprètent l’utilisation des commandants sur place est incorrecte. Le rôle du commandant sur place étant vital en cas d’urgence nous sommes heureux qu’il soit enfin établi comme un rôle distinct et non comme une fonction supplémentaire au travail d’une personne. Cette information sera partagée sous peu avec nos sections locales des aéroports. Plus de détails suivront dans les semaines à venir.

Au cours de l’année dernière, nous avons vu de nombreuses exemptions ou modifications apportées aux changements réglementaires en réponse à la COVID-19. Bien que nous comprenions la nécessité d’un grand nombre de ces mesures, l’UCET surveillera les choses de près pour s’assurer que la norme minimale que nous avions avant la pandémie soit rétablie.

Donc, en ce 4 mai, nous voulons remercier nos membres pompiers et pompières pour tout ce qu’ils et elles font.

 

[1] https://www.firefightersday.org/about-iffd/