Quelques décennies se sont écoulées depuis qu’en 1992 une proposition fut avancée au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro visant la création de la Journée mondiale des océans. C’est en 2008 que l’Assemblée générale des Nations Unies prit la décision de désigner cette journée le 8 juin. Cette date fut adoptée afin de célébrer les océans à travers le monde, mais aussi sensibiliser les populations aux dangers qui guettent les océans, d’autant qu’ils couvrent plus de 70% de notre planète. Le thème choisi de 2021 est « L’océan : vie et moyen de subsistance » pour atteindre l’Objectif de développement durable n. 14, c’est-à-dire ‘Conserver et utiliser de manière durable les océans, les mers et les ressources marines’ d’ici à 2030[1].

Nous voulons profiter de ce moment pour parler du Plan de protection des océans (PPO). Auparavant, il convient de savoir que le Canada a le plus long littoral du monde, et (que) l’eau est l’une de nos ressources les plus importantes[2]. Tout a commencé en 2016 lorsque la somme de 1,5 milliard de dollars fut débloquée par le premier ministre afin de protéger nos côtes et nos voies navigables. Transports Canada décida de diviser ce plan en 4 parties :

  1. Système de sécurité maritime de calibre mondial
  2. Préservation et restauration des écosystèmes marins
  3. Création de partenariats plus forts avec les Autochtones et participation des collectivités côtières
  4. Fonds de données probantes plus exhaustif

Les investissements du Canada dans le cadre du Plan de protection des océans

https://tc.canada.ca/fr/initiatives/plan-protection-oceans/plan-protection-oceans-graphique-illustrant-investissements

Pour plus d’information Cliquez ici :

Ce plan a en effet amélioré de beaucoup la sécurité maritime à travers le Canada. Ces dernières années, 50 mesures furent proposées afin de changer les façons de faire sur les voies maritimes du Canada, dont quelques-unes ont d’ailleurs déjà été mises en œuvre. Beaucoup de nos membres chez Transports Canada, Ressources naturelles et dans la Garde côtière canadienne ont joué un rôle important dans l’application de ces mesures.

En plus d’être le Mois national de l’histoire autochtone, ce plan collabore avec les collectivités autochtones pour donner de la formation spécialisée.

Une plateforme en ligne ‘Parlons transport’ a été développée afin d’ouvrir le dialogue avec toutes les communautés canadiennes et leur permettre de donner leur avis. La section ‘Parlons Plan de protection des océans’ a été mise en ligne pour vous donner la parole. Vous pouvez vous inscrire afin d’en faire partie.

Ce plan comprend une autre partie, soit ‘La protection des populations de baleines en voie de disparition au Canada’ :

L’Initiative de protection des baleines, qui se chiffre à 167,4 millions de dollars, vise à protéger et à soutenir le rétablissement des épaulards résidents du Sud, des baleines noires de l’Atlantique Nord et des bélugas de l’estuaire du Saint-Laurent en menant davantage d’activités de recherche et de surveillance[3].

Étant donné que le Plan de protection des océans est le plus gros investissement jamais réalisé par le gouvernement du Canada pour protéger les côtes et les voies navigables du pays, tout en favorisant la croissance économique canadienne[4], une carte interactive a été mise en ligne afin de démontrer à la population canadienne les initiatives qui sont en cours, et sera rafraîchie tous les mois.

Bref, L’UCET veut prendre le temps de souligner l’importance du travail de ses membres qui jouent un rôle dans la sécurité des déplacements sur les côtes et les voies navigables au Canada.


 

[1] https://www.un.org/fr/observances/oceans-day

[2] https://tc.canada.ca/fr/initiatives/plan-protection-oceans

[3] https://tc.canada.ca/fr/initiatives/plan-protection-oceans/rapport-canadiens-investir-dans-nos-cotes-grace-plan-protection-oceans

[4] https://parlonstransport.ca/ppo