Il y a dix ans, au large de Terre-Neuve, un petit bateau de pêche a fait naufrage. Selon le Bureau de la sécurité des transports (BST), l’absence d’alarmes pour alerter l’équipage que le navire prenait de l’eau sous le pont avait fortement contribuer à cet incident. Cette requête semble être évidemment importante. Elle doit être adoptée.

C’était exactement le 12 septembre 2009 lorsque le Sea Gypsy Enterprises a sombré à 130 kilomètres à l’est de Cap d’Espoir. Trois pêcheurs ont été sauvés, le corps d’un quatrième membre d’équipage a été retrouvé sur les lieux et un autre membre de l’équipage a été perdu en mer.

Nous sommes frustrés et triste. Pourquoi ? Cette même recommandation, qui aurait pu éviter l’incident, a été faite précédemment et Transports Canada n’a pas agis. « En fait, en 1994, nous avons recommandé de veiller à ce que les grands bateaux de pêche soient équipés de ce type d’équipement », a déclaré Pierre Murray, directeur des opérations régionales du Bureau de la sécurité des transports du Canada atlantique.

Dans une entrevue avec CBC publiée le 3 octobre 2019, Murray a déclaré qu’à ce jour, Transports Canada n’avait pas suffisamment tenu compte de ces recommandations. Transports Canada avait déclaré qu’il avait modifié le Règlement sur la sécurité des bateaux de pêche, qui sera publié à la fin de 2020 et qui mettra à jour les exigences actuelles en matière de construction pour les petits bateaux de pêche.

Malheureusement, il y a encore trop de recommandations du BST en suspens. Dans son rapport de la Liste de surveillance d’octobre 2018, 62 recommandations du BST concernant tous les modes de transport avaient été émises il y a plus de dix ans, mais elles n’avaient pas encore été prises en compte. 22 d’entre eux ont plus de 20 ans. La majorité d’entre eux sont toujours considérés comme des cas actifs.

L’UCET préconise depuis longtemps que le BST devrait disposer de pouvoirs d’exécution plutôt que de faire des recommandations. La sécurité des personnes devrait toujours être une priorité. « Le système actuel permet à Transports Canada d’ignorer les recommandations impartiales du BST. Rien ne peut justifier pourquoi il a fallu près de 25 ans au gouvernement pour que l’installation de capteurs d’eau soit encore à l’étude », a déclaré Dave Clark, président national de l’UCET.