1907

Création de l’Association du Service civil du Canada

Première association fédérale en dehors de la Poste

6 mai – Un commis, du nom de J. Lambert Payne, du ministère des Chemins de fer et Canaux, envoie une lettre ouverte à ses collègues fonctionnaires pour convoquer une réunion au cours de laquelle serait établi un syndicat. Le 13 mai est ainsi créée l'Association du Service civil du Canada (plus tard rebaptisée Ottawa). Ses membres venaient de divers ministères gouvernementaux à Ottawa qui, en 1936, prirent le nom de ministère des Transports, regroupant ceux de la Marine, des Chemins de fer et Canaux et du Service naval. L’Association ainsi créée ne représentait toutefois que le personnel du bureau national à Ottawa.

1909

Création de l’Association du Service civil d’Ottawa

Convaincue de la nécessité d'avoir une organisation nationale pour les fonctionnaires fédéraux/fédérales, l'Association du Service civil d'Ottawa convoque les associations de personnel de tout le pays à une réunion fondatrice de la Fédération du Service civil du Canada dont les membres venaient de tout le pays, répartis en regroupements locaux. Dans les années 1940, on recense plus de 70 associations nationales et locales parmi ses membres.

1918

Fondation de la Amalgamated Civil Servants of Canada

Fondée sur la côte ouest, la Amalgamated Civil Servants of Canada comprenait des gardiens de phare et des opérateurs radio. Cette organisation a vu sa taille s’élargir et inclure des sections dans tout le pays. Fort réputée pour son militantisme, elle en vint à rivaliser avec la Fédération du Service civil. Lors du Congrès de 1923, elle proteste contre le fait que "le principe de l'égalité de rémunération pour un travail égal est ignoré par le gouvernement fédéral" dans sa politique de rémunération des hommes célibataires qui étaient alors moins bien rétribués que les hommes mariés.

1918

Première manifestation sur la colline du Parlement

Les fonctionnaires fédéraux/fédérales organisent leur première manifestation sur la colline du Parlement. Ce sont quelque 5 000 personnes qui participent à ce rassemblement aux chandelles de la Fédération des fonctionnaires fédéraux pour protester contre l'immobilisme du gouvernement dans le dossier des salaires.

1923

Amalgamated Civil Servants of Canada

Fondée sur la côte ouest, l’organisation dénommée Amalgamated Civil Servants of Canada qui comptait parmi ses membres des gardiens de phare et des opérateurs radio, prit de l’ampleur au point d’avoir des sections dans tout le pays. Réputée pour son militantisme, elle finit par rivaliser avec la Fédération du Service civil.

1924

Adoption de la Loi sur la pension du service civil

Après toutes sortes de pressions exercées par les syndicats, pendant des années, la Loi sur la pension du service civil (LPSC) est enfin adoptée par le Parlement. Il s'agissait d'un régime à prestations définies qui l’est toujours ces temps-ci, grâce à la vigilance du syndicat. Les prestations étaient calculées à raison de 2 % du salaire moyen sur 10 ans et un minimum de 10 années de service requis jusqu'à un maximum de 35 ans, l’âge de la retraite étant fixé à 65 ans. Ce régime prévoyait également des prestations de survivant pour les veuves et les enfants, mais uniquement pour les employés de sexe masculin. Le taux de cotisation était fixé à 5 % du salaire.

1936

Création du ministère des Transports

La Loi sur le ministère des Transports est adoptée sous la direction de C. D. Howe (député et ministre du Cabinet, 1935 - 1957) qui allait utiliser ce portefeuille pour réorganiser la gouvernance et la fourniture de toutes les formes de transports (air, eau et terre). Il est le résultat de la fusion de trois ministères : l'ancien ministère des Chemins de fer et Canaux, du ministère de la Marine et des Pêches (créé le 1er juillet 1867), et de la Direction générale de l'aviation civile du ministère de la Défense nationale (fondé en 1927, en remplacement de la "Commission de l'air", premier organe directeur de l'aviation au Canada, qui a existé de 1919 à 1923). Howe a créé le Conseil des ports nationaux et les Lignes aériennes Trans-Canada.

1945

Établissement de l’Association des employés des canaux du Dominion

C’est à Peterborough, en Ontario, que se tient la première réunion de l'Association des employés des canaux du Dominion. Les associations locales de Chambly, les personnels du Bureau des canaux du Québec, du canal Rideau, du canal maritime Trent et Welland, et du canal de Cornwall avaient uni leurs forces pour créer cette nouvelle entité. Au cours des années suivantes, le personnel des canaux de Sault, de Cardinal, de Williamsburg et de Lachine s'est joint à l'Association.

1946

Fondation de l’Association nationale des employés du Conseil portuaire national

Fondée à Montréal, l'Association nationale des employés du Conseil portuaire national regroupe un certain nombre d'associations locales déjà en activité à Halifax, à Québec et à Montréal, puis syndicalise rapidement Saint John, Chicoutimi, Trois-Rivières, Prescott et Port Colbourne. Elle avait obtenu des conventions collectives pour un certain nombre de ports car les employés, œuvrant pour des sociétés d'État, possédaient des droits qui avaient été refusés aux employés fédéraux.

1949

Création de l’Association des services aériens du service civil

Fondée en 1936, l’Association des services météorologiques du service civil a changé de nom pour devenir l’Association des services aériens du service civil, ouvrant ainsi son adhésion à tous les personnels de la Direction des services aériens du ministère des Transports.

1953

Le Congrès de la Fédération du Service civil du Canada demande à l’unanimité la fusion de toutes les associations des personnels fédéraux.

Cet appel à l'unité s'est fait largement entendre lorsque les délégué(e)s du 30e Congrès national de la Fédération du Service civil ont approuvé à l'unanimité des résolutions demandant la fusion de toutes les associations des personnels fédéraux. Il a été repris quelques mois plus tard par la Amalgamated Civil Servants of Canada lors de son congrès.

+ EN SAVOIR PLUS

1955

Les femmes mariées obtiennent le droit de travailler au gouvernement fédéral

À une certaine époque, une femme qui cachait son état matrimonial, soit celui d’épouse, qui travaillait dans la fonction publique fédérale, commettait une infraction criminelle. Les premiers changements apportés à cette politique autorisèrent les femmes à rester dans la fonction publique, mais uniquement en tant que dactylographes, sténographes ou commis subalternes. En réponse aux pressions exercées par les membres de la Fédération du Commonwealth coopératif (CCF – précurseur du NPD d’aujourd’hui) au Parlement, et les associations du personnel, le gouvernement prit des mesures pour faciliter l'accès des femmes mariées à des emplois dans la fonction publique.

+ EN SAVOIR PLUS

1966

Création de l’Élément du ministère des Transports

En 1966, les petites associations de personnel actives au sein du ministère des Transports se regroupèrent en deux syndicats, l'Association canadienne des services aériens et les Employés nationaux de la marine canadienne, lesquels fusionnèrent pour former le premier Élément du ministère des Transports, l'un des cinq piliers fondateurs qui se réunirent avant le Congrès de fusion du 9 novembre, au cours duquel un conseil d'administration national provisoire fut élu. Parmi les quatre noms possibles, il fut décidé de donner au nouveau syndicat l’appellation d’Alliance de la fonction publique du Canada. Les pompiers/pompières (FR) et les gardien(ne)s de phare (LI) furent deux des premiers groupes à être accrédités au sein de l'AFPC-UCET.

+ EN SAVOIR PLUS

1969

Adoption d’un nouveau nom : l’Union canadienne des employés des transports

L’Élément du ministère des Transports adopte un nouveau nom, celui d'Union canadienne des employés des transports, lors de son premier congrès en mai 1969 au cours duquel on annonce aux délégué(e)s que 9 125 des 11 916 employé(e)s possibles avaient signé une carte syndicale, soit 77 % des employé(e)s admissibles.

1971

Percy Bourne, premier fonctionnaire de couleur à devenir président de l’Élément

Percy Bourne, a radio orator out of the Montreal Airport Local, is the first worker of colour to become a Component President. He helped found the UCTE and was its 3rd President.
Percy Bourne, un opérateur radio de la Section locale de l'aéroport de Montréal, est le premier travailleur de couleur à devenir président d'un Élément. Il a contribué à la fondation de l'UCET dont il a été le troisième président.

1974

La grève sauvage des pompiers/pompières devient la toute première grève déclenchée par l’UCET

Lassé(e)s de voir le gouvernement traîner les pieds dans les négociations, les pompiers/pompières (FR) décident d’organiser une grève sauvage, tout d’abord en Colombie-Britannique puis dans 17 aéroports et ce, pendant 18 jours, du 5 au 23 avril. Le Parlement adopte alors une loi de retour au travail pour mettre fin à cette grève, ce qui marque le début d’une longue tendance d'abus du gouvernement dans les négociations collectives. L'année suivante, les membres GLT entament à leur tour une grève nationale après des mois d'arrêt de travail pour des "sessions d'études". Le Conseil national d'administration de l'AFPC révèle que sur les 534 membres du groupe GLT qui furent poursuivis en justice pendant leur grève, 423 étaient membres de l'UCET – ce qui représente 79% !

+ EN SAVOIR PLUS

1978

Les femmes prennent la direction des opérations

Christine Holiday (VPR ON), Lavern Randell (VPR Nord) et Tamara Brooks (VPR Pacifique) deviennent les premières femmes élues à l’Exécutif national. Les temps changent alors que des femmes occupent des rôles à la direction de l’Union.

1980

Des commis sur la ligne de piquetage, avec le soutien de leurs ami(e)s

Quelque 55 000 employé(e)s de bureau, dont une majorité de femmes, participent à une manifestation nationale à laquelle se joint le groupe DA. La grève se poursuit durant 8 jours, ce qui en fait la plus grande de l'histoire du Canada à l'époque. Leurs revendications portent sur des salaires équitables et un congé de maternité. Les pompiers/pompières, membres de l’UCET, aux aéroports de Toronto, Windsor et Sault Ste. Marie, refusent de franchir le piquet de grève des commis pendant deux jours, forçant ainsi leur fermeture au trafic commercial, et entraînant l'annulation de vols de plus de 25 000 passagers. Cette grève a donné le jour à un nouveau militantisme.

+ EN SAVOIR PLUS

1989

Les Équipages de navires en grève mettent à quai tous les navires de la GCC

Richard Côté, VPR Québec, prit note du fait que la Garde côtière canadienne avait omis de désigner des membres d'équipage de navires comme essentiels lors des négociations. Au déclenchement de la grève, tous les navires furent renvoyés au port. Le Parlement intervient pour légiférer une nouvelle fois sur le retour au travail des équipages après 5 semaines et ce, malgré le fait que les membres aient continué à répondre à assurer des services de sauvetages.

1990

À l’appui de nos membres qui ne font pas partie de la Fonction publique

L'UCET n’est pas restée les bras croisés alors que l'employeur modifiait ses politiques et faisait passer des services du secteur public au secteur privé. En effet, l'UCET a modifié ses Statuts pour lui permettre de s’assurer que les travailleurs et travailleuses ne faisant pas partie de la fonction publique fédérale continuent d'être représenté(e)s. En 1994, Nav Canada voit le jour sous la forme d’une agence à but non lucratif. Un protocole d'accord a permis de protéger les droits et les emplois des membres de l'UCET lors du passage d’organisations au secteur privé. Personne ne sera ainsi laissé sans la protection de l’Union.

1991

Arrestation de membres pour avoir occupé les bureaux de Condition féminine

Lors de la grève nationale de 1991 du Conseil du Trésor, à laquelle participent quelque 70 000 membres de l'AFPC, Christine Collins, membre de l'UCET, est l'une des dix syndicalistes arrêtées pour avoir occupé le bureau de la ministre responsable de la Condition féminine, en signe de protestation contre l'inaction du gouvernement en matière d'équité salariale.

1994

La Garde côtière Canadienne passe au MPO mais ses membres restent à l’UCET

Alors que la Garde côtière canadienne passe du ministère des Transports (MdT) à celui des Pêches et des Océans (MPO), les employé(e)s conservent leur droit de rester membres de l'UCET.

+ EN SAVOIR PLUS

1999

Plainte de 5 milliards de dollars sur la parité salariale confirmée par les tribunaux

Après des années marquées par de nombreux de griefs, et une plainte pour violation des droits de la personne, la Cour fédérale retient finalement une plainte pour équité salariale déposée au nom de 50 000 commis, contre le gouvernement fédéral. La lutte a commencé en 1984, et il a fallu 15 ans pour que le gouvernement respecte enfin les droits à l'équité de ses employées.

+ EN SAVOIR PLUS

1999

Changement de nom pour l'Union canadienne des employés des transports

En raison de la privatisation de nombreux employeurs, nous avons estimé que le nom de l’élément reflétait trop étroitement le ministère des Transports. Lors de son 11e congrès triennal, le nom a été changé pour l'Union canadienne des employés des transports.

2005

La Garde côtière canadienne devient un organisme de service spécial

Après une lutte de longue date menée par l’Union et ses membres, le Gouvernement fédéral reconnait enfin la Garde côtière comme organisme de service spécial au sein du MPO

+ EN SAVOIR PLUS

2008

Notre toute première présidente

Les délégué(e)s du 14ème Congrès triennal de l’UCET élisent Christine Collins à la présidence nationale, une toute première pour une femme ! Auparavant, elle avait été la première femme a occupé le poste de vice-présidente nationale.

2012

Protection des services de la Garde côtière canadienne

La Garde côtière canadienne annonce son intention de fermer quelques bases au Canada pour réduire son budget. L'UCET lance alors une campagne pour tenter de sauver ces lieux stratégiques et importants. Elle mène notamment l’occupation de la base fermée de la Garde côtière de Kitsilano, rejointe par les dirigeants syndicaux de la Colombie-Britannique dans un geste de solidarité, et soutenue par une large partie de la communauté. La base rouvre finalement en 2016 après quatre ans de lutte de la part des membres. L'UCET parvient aussi à garder ouvert le Centre de coordination des sauvetages maritimes de Québec, et à faire rétablir le Centre de coordination du sauvetage en mer à St. John's.

2016

Sauvegarde du port de Churchill

Petite communauté du nord du Manitoba, Churchill est accessible uniquement par avion et par train. Dans les années 1990, le gouvernement fédéral vend le port de Churchill et la ligne ferroviaire, propriété de l'État, à la société américaine Omnitrax Inc. En 2016, Omnitrax annonce son intention de fermer le port et la ligne de chemin de fer, dévastant ainsi la ville de Churchill. En collaboration avec la communauté, l'UCET lance la campagne "Savons notre port" pour sauvegarder les emplois et l'avenir de la ville.

+ EN SAVOIR PLUS

2017

Forte augmentation des effectifs de l’UCET grâce à sa fusion avec le SRN

Le Syndicat des ressources naturelles met fin à 39 années d’existence en tant qu’Élément de l’AFPC à l’issue de sa fusion avec l’UCET à l’occasion du 17ème Congrès à St. John (Nouveau-Brunswick), entraînant ainsi une forte augmentation du nombre de membres de l’UCET, et resserrant par la même occasion les liens qui les unissent.

2018

Arrêt de la privatisation des aéroports du Canada

Les membres de l'UCET-AFPC font campagne avec succès contre le projet du gouvernement de privatiser les aéroports du Canada. Nous parvenons en effet à faire passer, haut et fort, le message selon lequel nos aéroports ne doivent pas être mis en vente mais plutôt être maintenus en tant que services communautaires sans but lucratif. La population canadienne s’est jointe à nous, forçant les élu(e) à nous écouter et à ‘classer’ une bonne fois pour toutes le rapport. Les actions concertées ont permis de sauver des services et des emplois.