Depuis maintenant 11 ans, Nicolas (Nic) Anger, membre de la Section locale 00056, est opérateur de pont pour Parcs Canada, précisément au lieu historique national de la Voie-Navigable-Trent-Severn. L’année passée, en novembre 2020, un article intitulé ‘Un refus de travail améliore la SST’ a été publié sur notre site Web concernant les démarches entreprises par Nic pour un mouvement de solidarité de sa section locale qui ne disposait d’aucun équipement de protection individuelle (EPI) adéquate, d’aucune formation ni d’aucun protocole sur la santé et la sécurité du personnel ou du public. Cet événement en dit déjà beaucoup sur la dévotion envers la santé et la sécurité des travailleurs de sa section locale et des Canadiens-Canadiennes.

C’est dès son plus jeune âge qu’il prit conscience de la nécessité de jouer un rôle dans la sphère sociale. Il décrocha son tout premier travail dans une épicerie, où il était syndiqué. Cependant, à l’époque il n’avait pas idée de ce que les syndicats pouvaient lui apporter :

J’avais seulement 16 ans. Mon premier travail était en 2008 et ils m’ont seulement donné un dépliant et ne m’ont pas trop expliqué ce que cela pourrait m’apporter.

C’est en 2013, encore étudiant, qu’il fit ses premiers pas à Parcs Canada. Son père, Pat Angers, un ancien membre de la Section 00056, avait toujours joué un rôle dans le monde syndical.

C’était beau à voir. Ma famille travaillait beaucoup, mais grâce aux syndicats, nous n’avons jamais manqué de rien, que ce soit des soins médicaux, dentaires ou autre. On a même fait des pancartes ensemble, mon père et moi.

Son parcours au sein de sa section locale débute en 2014 par son élection comme vice-président, puis président en 2017, poste qu’il occupe depuis. Récemment, Nic a deux nouveaux accomplissements à son actif en tant qu’activiste social. Le premier est son élection en tant que délégué au Congrès de l’UCET qui aura lieu le 19 juillet prochain. Deuxièmement, il représentera les droits des travailleurs et travailleuses de Parcs Canada à la table de négociation d’une nouvelle convention collective qui expirera le 4 août 2021.

En plus de toutes ces réalisations, Nic est responsable de l’exploitation de l’écluse 31 Buckhorn sur la voie navigable Trent Severn.

Je gère l’écluse qui assiste les navires qui souhaitent se déplacer entre des lacs et des rivières à différents niveaux d’élévation, et également les barrages qui contrôlent les niveaux d’eau dans la région. Je fais également tout l’aménagement paysager de mon site — tonte du gazon, peinture, jardinage, entretien mineur, etc. Nous nettoyons également les salles de bain et vidons les ordures sur les sites.

Ce travail est physiquement très exigeant, et nécessite de bien gérer son temps. Nic peut parfois travailler jusqu’à 60 heures par semaine. « D’après mon emploi du temps actuel, je dois travailler 12 jours d’affilée, puis prendre 2 jours de repos. L’équilibre entre le travail et la famille peut parfois être difficile », affirme-t-il.

L’équipe de Nic a certaines priorités à respecter : gérer les niveaux d’eau et fournir des services à nos plaisanciers qui souhaitent traverser le canal. S’il leur reste du temps dans la journée, ils pourront passer à l’entretien des terrains ou à tout autre tâche exigeant une attention particulière, en plus d’entretenir tous les terrains sur le site.

Mon site est le reflet de moi-même et de mon équipe. Lorsque le public reçoit un excellent service sur un site qui a fière allure. Le travail que nous faisons nous procure une grande fierté.

Nic a grandi sur le lieu historique national de la Voie-Navigable-Trent-Severn et y travaille actuellement depuis maintenant 11 ans. Il est très à l’aise dans son environnement et apprécie beaucoup les gens qui le côtoient sur le site. Son travail est aussi sa passion. Toute l’expérience qu’il a acquise a fait de lui un travailleur exceptionnel et un activiste social dévoué pour la santé et la sécurité des Canadiens. Nic, sachez que l’UCET a de la chance de vous avoir à bord.