Depuis maintenant sept ans, Suzanne Dupuis, membre de la Section locale 60603 à Moncton au Nouveau-Brunswick, est administratrice de formation chez Nav Canada. Elle occupe une place importante à l’UCET, étant ces temps-ci présidente de sa section locale depuis plus de cinq ans. Avant d’occuper ce poste, elle était vice-présidente pour une période d’un an seulement. Son intérêt pour le syndicalisme lui vient de son père et de son grand-père qui étaient eux aussi des activistes pour les droits des travailleurs canadiens. La justice sociale a toujours été un sujet très présent dans sa famille. Quand Suzanne était toute petite, elle a aidé sa mère à préparer des muffins pour la section locale de son père à l’époque, au beau milieu d’une manifestation.

Nav Canada a été le milieu de travail déclencheur de son engagement en tant qu’activiste sociale. Sa section locale n’est qu’un petit groupe, ce qui l’a incité à faire partie du comité pour s’assurer d’être reconnu. Suzanne est une personne très positive et enthousiaste. Son travail à l’école de formation ATS consiste à prendre en charge les étudiant(e)s du programme de contrôle aérien ainsi que ses collègues. Coordination, administration et documentation sont les trois mots qui définiraient le mieux son travail.

« Ce n’est jamais la même chose si je me fais un plan de travail. Tout change en fonction des besoins. Je gère vraiment mon temps en fonction des demandes », affirme-t-elle.

Ce qui motive la consoeur Dupuis c’est la liberté et l’évolution attachées à son travail. Suzanne arrête elle-même ses priorités, que celles-ci soient reliées à la papeterie, aux étudiant(e)s, à l’organisation des classes ou aux communications avec Transports Canada. « J’apprends à des messieurs dans la soixantaine à utiliser un iPad autant que d’écrire des documents pour Transports Canada », dit-elle en souriant. Les gens avec qui elle travaille la pousse à devenir meilleure tous les jours. Il y a beaucoup de défis dans ce genre de travail — il faut s’adapter tous les jours aux changements de la technologie. Elle s’assure que tout est fait comme il se doit, et que tout est bien contrôlé. C’est vraiment dans l’environnement de travail qu’offre Nav Canada qu’elle voulait accomplir sa carrière.

« J’ai pu aller faire un tour des hélicoptères, aller dans les écoles, apprendre aux jeunes toutes sortes de choses et leur présenter des carrières à envisager. Je me sens accomplie par le fait que je peux changer la vie de jeunes au Canada qui commencent leur carrière. C’est très motivant et attachant de voir l’avancement de chacun d’entre eux », ajoute-t-elle.

Depuis maintenant quelque temps, Suzanne fait partie de l’équipe de négociation de Nav Canada. Elle est aussi fière d’avoir pu participer à deux congrès de l’UCET. C’est avec enthousiaste qu’elle a appris que le secteur du transport aérien reprend tranquillement, alors que beaucoup de gens autour d’elle ont perdu leur emploi depuis le début de la pandémie, ce qui l’attriste étant donné qu’elle aime beaucoup les personnes avec qui elle travaille.

Nous pouvons surnommer Suzanne Dupuis la ‘maman de l’école’. « Je vais même aller porter des chocolats dans les bureaux avant les examens », précise Suzanne. Elle prend soin de son équipe afin de trouver un bel équilibre pour les jeunes professionnel(le)s qui veulent faire leur carrière dans cette entreprise. La consœur Dupuis est une activiste sociale très humaine avec le cœur au travail. Sa bonne humeur se fait ressentir à l’UCET, et nous sommes chanceux de la compter parmi nous. « Le succès des jeunes professionnel(le)s c’est aussi le nôtre. »