La voie navigable Trent-Severn fait partie du réseau national des canaux historiques exploités par Parcs Canada. Située en Ontario, elle s’étend sur plus de 380 kilomètres, compte 44 écluses et au-delà de 150 barrages. Comme d’autres canaux, cette voie navigable est une destination populaire pour les plaisanciers et les visiteurs terrestres.

En mars 2020, des membres ont été rappelés au travail, dans le but de préparer la réouverture du canal. Malheureusement, avec l’arrivée de la COVID‑19, Parcs Canada a décidé de cesser ses opérations puis, deux semaines plus tard, de rouvrir le site à la population. Malgré leur retour au travail, les membres de la section locale 00056 nourrissaient de sérieuses inquiétudes. Ils ne disposaient d’aucun équipement de protection individuel (EPI) adéquat, d’aucune formation ni d’aucun protocole sur la santé et la sécurité du personnel ou du public.

La salle de bains était leur plus grande source de préoccupation. Entre autres tâches, les employés devaient nettoyer cette salle de bains utilisée par le public et les ouvriers du canal, sans qu’on leur fournisse d’EPI ou d’instructions sur l’utilisation de la salle de bains par le public, la fréquence d’entretien ni quoi que ce soit d’autre.

L’équipement et l’espace partagés constituaient une autre préoccupation. En l’absence de directives sur la méthode de désinfection à utiliser, on s’attendait à ce que les employés continuent de se partager les ponchos et les espaces de travail. Comme l’a déclaré le président de la section locale, Nic Angers :

Parcs Canada a décidé d’ouvrir sans d’abord communiquer avec le personnel; sans instaurer de protocoles. Il a agi comme si la pandémie n’existait pas. Mon équipe et moi… craignions pour la santé et la sécurité de nos familles et de nos amis. Nous avons la seule salle de bains publique dans le coin, mais personne pour la désinfecter.

La section locale a discuté de ce qu’il convenait de faire, et elle a décidé de signifier à Travail Canada un refus de travail à l’encontre de Parcs Canada. En tout, 14 sites le long de la voie navigable Trent‑Severn ont exercé un refus de travail.

Par la suite, Parcs Canada a accepté de rencontrer les membres et d’élaborer des protocoles sur la santé et la sécurité. Selon Nic, « le personnel a soulevé des idées qui ont beaucoup influencé les nouvelles mesures ». De même, le personnel a eu droit à de l’EPI adéquat, à de la formation et à de nouveaux protocoles clairement formulés, afin de protéger la sécurité de nos membres et du public.

En utilisant les outils et les ressources à sa portée, la section locale 00056 a pris position et forcé l’employeur à reconnaître l’importance de la santé et de la sécurité. Nic résume comme suit l’expérience : « C’était une vraie belle manifestation d’unité ».