Il y a dix ans, Transports Canada (TC) privatisait le Programme de pilote vérificateur agréé (PVA) en le confiant à des entrepreneurs externes au lieu de le garder à l’interne. Aujourd’hui, l’UCET a appris que TC passait à l’étape suivante de sa dérive contractuelle et sous-traitait le travail du personnel administratif de notre Union. De plus, ce processus de sous-traitance peut également mettre en danger les membres des groupes TI.

En mars 2021, l’UCET était informée du projet de Transports Canada visant la sous-traitance de l’administration et de la surveillance des examens professionnels au sein de l’aviation civile. Transports Canada a pour mandat de réglementer les personnes qui exercent des fonctions particulières au sein du système d’aviation civile canadien, et a mis en place des processus de certification pour confirmer qu’un(e) candidat(e) répond aux exigences réglementaires d’une activité particulière afin de se voir délivrer un document d’aviation canadien (licence). Ce processus, mené par un organisme de réglementation tiers et impartial, garantit le plus haut niveau de sécurité au public voyageur. Malheureusement, TC veut se décharger de cette responsabilité.

Sous prétexte qu’il doit fournir des services tout en limitant la propagation de la COVID-19 et en rejetant la faute sur un personnel surmené, le Ministère a décidé en août dernier de conclure un contrat pour l’administration et la surveillance des examens de connaissances, ainsi que pour l’élaboration et la mise à jour des questions.

Cette sous-traitance entraînera l’élimination d’environ 25 % du travail actuellement effectué par nos membres du groupe PA – un pourcentage important de leur travail significatif. Il est hors de question de tolérer une telle situation.

L’UCET conteste cette décision. TC a peut-être augmenté le nombre d’embauches l’année dernière, mais cela ne fait que combler en retard les nombreux postes vacants qui n’avaient pas été pourvus en raison de mesures d’austérité. Nous convenons que le personnel actuel est surchargé de travail. TC a l’habitude d’attendre que plus de travail soit accompli avec moins de personnel. La sous-traitance n’est pas la solution. Cette séquence d’événements est similaire au modèle qu’utilisent les gouvernements qui veulent privatiser le travail partout dans le monde – priver le système de travailleurs et travailleuses, épuiser ceux et celles en place, trouver des excuses pour dire que le travail doit être sous-traité parce qu’il n’est pas fait, et permettre aux intérêts privés de prendre en charge des parties de plus en plus grandes du service public jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Transports Canada tente d’utiliser sa propre négligence pour justifier la sous-traitance d’un travail important – une action dont il a été démontré à maintes reprises qu’elle coûte plus cher aux contribuables que de garder le travail à l’interne tout en offrant un service de moindre qualité. C’est tout simplement absurde.

Nous vous tiendrons au courant de l’évolution de la situation.